Recrutements annulés, mobilités bloquées, postes supprimés, absence de visibilité sur les mois à venir… telles sont les problématiques auxquelles vous faites face aujourd’hui en tant que cadres ou DRH. Ce contexte sous tension influence votre comportement et parfois dans le mauvais sens. Il n’est pas exclu que votre attitude face à la crise ait des répercussions sur la perception que les autres auront de vous ou de votre entreprise dans le futur. Voici quelques réflexes à adopter pour que vos réactions ne viennent pas ternir votre réputation.

 

Vous êtes un cadre ? Faites preuve de patience et de finesse

 

Le contexte actuel ne joue pas en votre faveur. Je sais que vous pouvez vous retrouver face aux difficultés suivantes :

–> Vous avez du mal à manager vos équipes à distance et vous vous sentez frustré ;
–>
Vous avez peur de perdre le poste pour lequel vous vous êtes battu en interne ;
–> Vos pistes externes sont annulées et vous êtes déçu ;
–> Vos périodes d’essai sont stoppées et vous êtes aigri ;
–> Vos projets sont mis en attente et parfois votre poste est supprimé. Vous ressentez de la colère.

Toutes vos émotions sont normales et légitimes. Face à des bouleversements comme ceux que nous vivons actuellement, les mécanismes de défense s’enclenchent et suivent un cycle bien précis : d’abord le choc, puis le déni, ensuite la colère, la peur, la tristesse. Mais juste après viendront : l’acceptation, la résilience, le sens nouveau, l’enthousiasme, l’action et la créativité. Faites preuve de patience.

Mon conseil :

Maitrisez un maximum vos émotions vis-à-vis de votre entreprise tant que vous êtes dans la phase de colère ou de déni. En effet, un excès de langage, une insistance trop marquée pour obtenir un retour ou encore un mail trop directif seraient mal venus. Vous risqueriez de le regretter plus tard. Retenez que vous n’êtes pas l’unique priorité de votre entreprise. Ne devenez donc pas un problème pour elle en ce moment. A contraire, soyez autant que possible compréhensif, constructif, aidant et surtout patient. Vos RH sont actuellement sur le front. Ils sauront être reconnaissants envers ceux qui ne leur ont pas compliqué la tâche et auront fait preuve de sang-froid.

Comment dépasser ces émotions ?

Ces temps mouvementés sont propices à la réflexion et à l’introspection. Faites le point sur les émotions que vous ressentez. Nommez-les. Vous pourrez plus facilement vous en détacher et prendre du recul. Reconnectez-vous aussi à vos soft skills et à vos valeurs pour trouver le bon comportement à adopter, à la fois pour vous et votre entourage professionnel.

Comment agir ?

Quelle que soit votre situation (mobilité, recherche d’emploi, période d’essai…), vous ne pouvez pas négocier ou agir de la même manière qu’en temps normal. Les temps sont durs et absolument pas à votre avantage mais faites preuve de finesse dans vos relations à l’entreprise. Approchez votre entourage professionnel de manière plus douce et avec plus de bienveillance. Soyez flexible et agile. Montrez qu’en tant que manager, vous êtes adaptable, que vous savez prendre de la hauteur en temps de crise et garder le cap. Vous ferez la différence et vous en récolterez les bénéfices plus tard.

  • Si vous managez une équipe : essayez de rester soudé avec vos collaborateurs, rassurez-les et faites preuve de compréhension ; Prenez un rôle d’accompagnateur. Reconnaissez le stress, l’anxiété et réaffirmez votre confiance.
  • Si vous cherchez un nouveau poste : sachez-vous montrer patient, essayez de garder « au chaud » vos opportunités, de semer des graines ou de compléter vos connaissances.
  • Si vous êtes « entre deux » postes, à l’affût d’une mobilité interne : affinez votre projet et remettez à jour vos outils (pitch, cv…). Les recrutements externes étant mis en suspend ; un DRH m’expliquait que les opportunités internes allaient s’intensifier à la reprise.

 

Vous êtes une entreprise ? Communiquez avec humanité

 

Vous vous êtes retrouvé du jour au lendemain à devoir supprimer des postes, à mettre des salariés en chômage partiel, à ne pas confirmer des périodes d’essai ou encore à ne pas recruter des personnes qui étaient sur le point de signer un contrat de travail avec vous. La gestion de vos collaborateurs est très compliquée et vous devez gérer quotidiennement, souvent dans l’urgence, des situations difficiles d’un point de vue humain.

Je constate lors de mes rendez-vous clients que certaines entreprises manquent de compassion et de communication pour gérer ces situations délicates. Même si vous avez des actions difficiles à mener, le faire avec humanité changera la donne. Essayez de communiquer avec le plus de fluidité possible ; et peut-être avec le plus de transparence possible ou d’humilité. Pensez « long terme » au maximum. Les entreprises qui n’accompagneront pas leurs collaborateurs avec empathie ou qui agiront de manière brutale avec les candidats verront leur réputation se ternir. Leur attitude face à la crise aura des répercussions demain sur leur image de marque et particulièrement sur leur marque employeur. De toute évidence, celles qui auront fait preuve de tact seront récompensées.
[C’est ce que qu’expliquais dans cet article lorsque je présentais les avantages de mettre en place un accompagnement d’offboarding : https://bit.ly/2KBe80d]

L’un de mes clients en a fait l’expérience récemment. Après 6 entretiens réussis, une batterie de tests de personnalité, beaucoup de stress, de préparation… et alors qu’il était en course pour décrocher un poste, le recrutement a été mis en pause avec l’arrivée du COVID. Cependant, la DRH a pris le temps de lui écrire pour le mettre au courant et lui donner un rendez-vous après la crise pour faire le point. Résultat ? Mon client est déçu certes. Mais il a été plus qu’agréablement surpris du suivi de l’entreprise, du message personnalisé et de sa transparence. Son envie de travailler pour eux s’est renforcée. Il sera au rendez-vous lors de la reprise. Et si le poste est supprimé, l’entreprise en question restera pour lui une référence.

 

X

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous