Jean m’a contactée deux mois après son retour en entreprise. Son absence pour épuisement professionnel a été longue. Bien qu’il soit vraiment content de reprendre son poste et motivé de se remettre dans une dynamique professionnelle, les choses ne seront plus comme avant. Pourquoi? Parce que Jean ne veut plus jamais revivre un burn-out et qu’il fera tout ce qu’il peut pour s’en éloigner. Désormais l’équilibre de sa vie est au centre de ses préoccupations. Au travail notamment, il sera vigilant à ne pas partir après 18h, à ne plus travailler les week-end et à dire “non” quand ce sera trop. Il ne parle pas de réorientation de carrière mais plus de “réajustement”. Avoir fait un burn-out n’enlève rien ni à son professionnalisme, ni à son envie de contribuer dans l’entreprise. Et ça, il sent que ce n’est pas clair pour son entourage ! Il y a désormais un malaise, des pincettes qui sont prises pour lui parler…C’est bienveillant, certes, mais cela le dérange. Il gère un peu moins de dossiers. Son manager prend des détours pour lui demander des choses courantes. Son équipe le ménage. Jean m’explique qu’il aimerait prendre le temps de changer de poste, de remettre à plat ses priorités, ses besoins, ses motivations professionnelles, ses compétences pour identifier LE bon prochain poste à chercher. Il veut se projeter à nouveau dans son entreprise, ressentir de la motivation pour un poste, savoir la transmettre aux décideurs et convaincre par ses compétences. Il veut cesser d’être résumé par cette phrase : “Attention, Jean est quelqu’un qui a fait un burn-out…”

* * *

Le retour des personnes en entreprise après un burn-out est une période délicate qui doit faire l’objet d’une attention particulière de la part du management. Les salariés ont besoin de se reconstruire professionnellement après cette période difficile et parfois, comme Jean, de dessiner une nouvelle trajectoire de carrière. Comment réussir ce retour et envisager l’avenir ? Pour les personnes, il est important de se poser sur leur projet professionnel. Pour l’entreprise, il est primordial de donner les moyens de le faire à ses collaborateurs.

Il y a un avant et un après burn-out

Non, plus rien n’est exactement comme avant professionnellement après un épuisement professionnel, et encore plus si l’absence a été longue. Le burn-out est une alerte qui doit entraîner des changements. Il est difficile de réintégrer une entreprise dans les mêmes conditions qu’avant et de faire comme si rien ne s’était passé. Ceci mènerait à une impasse. Réussir son retour dans l’entreprise passe par une prise de conscience du management et des collaborateurs de ce besoin de changement ou d’ajustement. Un nouvel équilibre, quel qu’il soit, doit être trouvé pour le bénéfice des deux parties.

Retrouver la confiance et la motivation

Pour vous reconstruire professionnellement, vous avez d’abord besoin de reprendre en douceur. Ne brusquez rien, reprenez vos marques. Vous avez besoin de retrouver un nouvel équilibre de vie lors de votre reprise du travail. Et ensuite, comme Jean, il peut être bon de vous poser sur vos valeurs et de réfléchir à ce qui fait sens pour vous. Quelle est la mission ou le poste qui vous donnera envie de vous lever tous les matins ? Il est important que vous retrouviez du plaisir à travailler. Faire un point sur vos forces professionnelles, vos compétences, bâtir un projet dans l’entreprise en tenant compte de vos motivations et de vos besoins va non seulement vous permettre de reprendre confiance en vous mais aussi dans vos prochaines étapes professionnelles. Aligné, motivé, préparé, vous multiplierez vos chances d’aboutir sur le poste adéquat.

Repositionner la personne dans l’entreprise

Si vous êtes DRH et que vous avez déjà eu plusieurs cas de burn-out à traiter, vous savez que la réintégration est une étape importante dont la réussite ne dépend pas du hasard. L’entreprise a une part de responsabilité dans le parcours de réintégration et doit donner les moyens à la personne de réussir son retour. Comment faire ? Analyser les causes qui ont pu conduire la personne au burn-out ? Identifier les zones de vigilance pour éviter une récidive ? Oui, et aussi réfléchir à comment aménager le travail de l’individu et savoir le repositionner dans l’entreprise, au bon endroit et au bon poste. Pour cela, l’entreprise a besoin que le salarié soit capable d’identifier ses aspirations, ses envies, ses besoins pour qu’il se remette dans un processus de mobilité. Une prise de recul avec une aide extérieure est souvent nécessaire pour obtenir des résultats concrets. Bénéficier d’un accompagnement professionnel maximisera les chances de réintégration du salarié.

Cette prise de conscience commune, de la part de l’entreprise et du salarié, d’un changement nécessaire dans l’organisation du travail mais aussi, peut-être, du poste ou de la mission, est un pas vers une intégration réussie. Jean l’a parfaitement compris : un parcours de réintégration bien balisé avec l’apport d’une aide extérieure renforcera cette réussite.

X

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.