logo_cabinet_de_recrutement_human_firstL’Inplacement permet aux Directions Ressources Humaines de mieux identifier les désirs professionnels des collaborateurs pour les faire coïncider avec la stratégie de l’entreprise.

Vous êtes le créateur de l’Executive Inplacement, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste cette approche ?

Aujourd’hui, l’entreprise n’engage plus seulement des diplômés. Elle engage des personnes qui sont capables d’assumer la part de risques d’une nouvelle fonction ou de conduire une nouvelle stratégie d’entreprise. Pour y arriver, les compétences ne suffisent plus, c’est le savoir-être des collaborateurs qui devient important. Afin de valoriser ce savoir-être et de le faire coïncider avec les enjeux de l’entreprise, nous avons créé une formation: l’Executive Inplacement. Cette formation, unique en France, est développée conjointement avec le concours d’un Executive MBA de l’Ecole Supérieure de Gestion (ESG). Elle permet aux candidats de mieux connaître leur personnalité professionnelle, de formaliser leur potentiel de développement et de rédiger un plan d’action qui fasse coïncider au maximum leurs objectifs avec leur personnalité. Cette formation dure environ 80 heures sur une durée de 3 mois. Elle est également dotée de services complémentaires : accompagnement par un coach de dirigeants, accès au Cours Florent Executive pour apprendre aux candidats à savoir communiquer leur nouveau plan d’action en interne.

Concrètement, quels sont les bénéfices pour l’entreprise ?

Cette formation permet d’avoir des collaborateurs alignés en permanence sur les enjeux de l’entreprise avec un haut niveau de motivation et de contribution. Lors de la formation, les candidats apprennent à mieux connaître leur personnalité professionnelle et à la relier aux objectifs de l’entreprise. Ils développent alors un sentiment d’appartenance. Elle permet ainsi de fidéliser les cadres et les hauts potentiels. Cette question est vraiment clé à l’heure où les sociétés recrutent jusqu’à 40% en interne. Or, la mobilité interne n’est pas toujours couronnée de succès si l’entreprise ne prend pas le temps d’expliquer aux collaborateurs ses choix de mobilité. Ceux-ci peuvent se sentir comme des pions que l’on déplace au gré des besoins de l’entreprise et perdre confiance. Grace à l’Inplacement, les entreprises seront en mesure de confier des missions adaptées aux compétences et aux désirs des salariés.

Pourquoi l’Inplacement est-il particulièrement utile pour intégrer les générations Y ?

L’Inplacement est en effet très utile pour intégrer les générations Y. Selon l’étude Cornerstone, 50% des nouveaux employés seront issus de la génération Y d’ici 2020. Cette génération a des comportements différents au sein de l’entreprise par rapport à leurs aînés. Ils sont à la fois moins fidèles et le modèle de l’entreprise n’est plus la panacée pour eux. Ils changent aussi plus facilement de poste si la mission ne leur convient pas. Fidéliser la génération Y est donc un véritable défi pour les entreprises et dans un laps de temps court. L’Inplacement est un bon moyen d’intégrer cette génération au développement d’une entreprise, de la faire participer, collaborer avec la génération X et de la fidéliser.

47% des expatriés quittent leur entreprise dans les deux ans suivant leur retour ; pensez-vous que l’Inplacement permettrait d’éviter ce taux d’échecs au retour ?

Le retour des cadres expatriés est souvent marqué par un grand écart entre les challenges ambitieux auxquels ces-derniers ont été confrontés à l’étranger et un certain « immobilisme » lié aux missions plus ‘corporate’ du siège. A leur retour, il peut donc y avoir de gros décalages entre les attentes de l’entreprise et celles de l’expatrié ; se soldant alors par un départ du collaborateur et une perte de valeur pour l’entreprise. Dans ce cas, oui notre offre pourrait être appliquée et prendrait tout son sens pour réaligner les besoins des parties, leurs attentes et limiter ce taux d’échecs.

Nous réfléchissons d’ailleurs à intervenir plus en amont, pour identifier les attentes professionnelles du cadre expatrié, clarifier la valeur de sa projection et savoir la communiquer au service des nouveaux défis de l’entreprise. Ceci permettrait de bien sécuriser le cadre lors de son retour physique au siège. Pour ceci, nous étudions notamment une collaboration avec Caroline, dont c’est l’expertise et, qui travaille à distance pour permettre aux expatriés de faire ce travail depuis leur localisation et avant de rentrer.

“En l’absence de programme d’accompagnement dans l’entreprise, je recommande aux expatriés en fin de mission, de faire appel à titre personnel, à des services tels que ceux de Caroline Degrave. Un travail guidé pour identifier ses compétences acquises, les projeter dans un projet professionnel qui fasse du sens pour soi, pour l’entreprise et pour bien communiquer ce projet en interne sont des éléments indispensables pour une bonne réintégration, pour valoriser ses compétences et sécuriser ses chances de retrouver un emploi cohérent et adapté avec son évolution.”

X

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.